Red Bull Kumite : Deux jours en immersion dans le temple de la Hype

Les 23 et 24 avril se tenait la deuxième édition du Red Bull Kumite à la salle Wagram au coeur de Paris.

L'Open Qualifier du samedi permettait à deux joueurs de rejoindre 14 des meilleurs joueurs internationaux invités le dimanche.

JeuxOnLine s'y est rendu : retour sur deux journées au pinacle des tournois de jeux de baston.

Préparons les bagages

Avant de se lancer à l'aventure, revenons sur nos fondamentaux.

Depuis plus de 20 ans, la communauté du jeu de combat fait figure à part dans le paysage vidéoludique.

Elle est née dans les salles d'arcade et pour la rejoindre, combattre les meilleurs et tout apprendre sur le jeu, rien de plus simple : prendre son stock de pièces et se rendre à la salle pour doser.

Puis, les tournois sont naturellement arrivés : qui est le meilleur de la salle ? Allez, ce week-end on fait un tournoi pour voir qui va gagner !

Et les légendes courraient, bien avant l'ère YouTube, quand les infos ne filtraient que par quelques magazines et des rumeurs. Mais toutes s'accordaient pour dire qu'au Japon, il y avait des dieux vivants du jeu de combat. 

Les ans ont passé et quelques étrangers commençaient à se croiser lors de gros tournois, occasionnellement. Puis, l'ère Street Fighter IV, combinée à la démocratisation des grosses connexions internet, des vidéos YouTube, des streams de tournois en ligne et des commentateurs, tel Ken Bogard, qui nous faisaient découvrir des joueurs du monde entier.

Tous les joueurs se disaient "Hey, imagine un tournoi : y aurait Daigo et puis Infiltration et puis Momochi et puis Tokido et puis BonChan et puis...".

D'un côté, des tournois comme l'Evo aux États-Unis ou le Stunfest en France ; une entrée pour quelques eurodollars et ensuite c'est à vous de battre les centaines, voire milliers de joueurs, pour arriver au sommet... mais il y a toujours des morts imprévues, des joueurs qui ne dépassent pas les pools sur un coup de malchance et des matchs d'anthologie qui se passent hors stream, cachés de la vue de tous, faisant hurler les stream monsters. Et fatalement, des tournois auxquels tous les joueurs ne pouvaient pas se rendre.

Il y avait aussi quelques tournois sur invitation. La Topanga au Japon, la Canada Cup Masters Series et plus récemment la Kakutop en France, à laquelle quelques joueurs étaient conviés.

Et enfin en 2015 est arrivé le Red Bull Kumite.

14 joueurs invités des 4 coins du monde, les meilleurs, la crème de la crème, chacun pouvant prétendre au titre.

2 places restantes, offertes à la plèbe : qui aura la chance de rejoindre les 14 champions ?

Lors d'un tournoi préalable, c'est Cuongster et Gagapa qui s'étaient qualifiés l'an passé.

Et c'est 16 joueurs exceptionnels qui s'étaient ensuite affrontés, nous gratifiant de matchs tous plus serrés les uns que les autres.

En 2016, rebelote, mais cette fois-ci, c'est sur le tout frais Street Fighter V que les matchs se dérouleront. Qui aura su s'adapter le plus vite ?

Est-ce que les joueurs invités à l'aveugle bien avant la sortie du jeu par Red Bull auront un niveau suffisant sur le jeu ?

On fait son sac et direction Salle Wagram pour avoir des réponses et des étoiles plein les yeux !

Red Bull Kumite Open Qualifier

Samedi 23 avril 2016, 9h, salle Wagram, tout proche de l'Arc de triomphe.

Il fait pas très beau aujourd'hui, mais bon, on est à Paris après tout, c'est normal.

Les premiers joueurs (ils seront 256 à s'affronter aujourd'hui) commencent à affluer devant les portes encore fermées de la salle Wagram. Déjà quelques têtes connues comme Damascus (en doudoune bleue), le Français émigré à Londres et habitué du commentaire au Bracket Reset et partout où il se rend, ainsi que l'Aboudabien Big Bird (sans doudoune, mais avec une coupe de cheveux improbable) et le Hongkongais Humanbomb (en doudoune orange).

Traditionnelle selfie floue
File d'attente Open Qualifier
Les joueurs internationaux du RBK
Inscriptions

Doudounes pour tous !

Les portes s'ouvrent ? Direction l'accueil des joueurs qui reçoivent chacun un sac à dos aux couleurs de l'événement et rempli de quelques goodies (dont je dois avouer être terriblement jaloux) et un ticket repas. Bon, même s'ils meurent au premier tour, ils n'auront pas fait le déplacement pour rien.

Bracelet enfilé, il est temps de découvrir une salle Wagram aux couleurs du Kumite. Des miroirs aux toilettes, Red Bull a bien fait les choses : en plus des 4 stations de jeu par pool, des bornes d'arcade custom sont disponibles pour le jeu libre sur les côtés de la salle. Il y a également setup grave trop stylé pour les joueurs qui passent sur le stream.

Mais pour le moment, le spectateur en moi prend ses premiers repères :

- Qui va jouer où ? Oh, les pools sont bien indiquées et on voit de loin.

- J'ai soif quand même, y a rien ? Ah, du Red Bull. Des frigos partout. (Grosse dédicace à Sharnt qui m'indiquera la présence de bouteilles d'eau un peu planquées <3)

- OH MY GLOB DES GROS POUFS POUR S'AFFALER

Gros poufs.

Ici, l'anglais RMZ qui profite des gros poufs pour finir sa préparation et éviter de se tuer les pieds avant l'heure comme je l'ai fait.

 

- 3 grands écrans pour suivre les matchs diffusés sur le stream sans avoir à chopper un torticolis pour voir par dessus une épaule et deux petits écrans supplémentaires en hauteur, si jamais.

- Du wifi avec un bon débit ! Mon forfait data et ma couverture réseau moisie vous remercient.

Pendant ce temps, les joueurs s'échauffent à toutes les stations et côté commentaire le duo de duos (anglais et français) s'installe, se prépare et fait ses derniers réglages.

Escaliers vers l'Open Qualifier
Miroir
Borne d'arcade
Le setup de streaming
Logan / F-Word et Asenka
RMZ Freeplay
Yamato
Freeplay Teamot Kayane
Repérage

Bientôt 11h, Asenka (alias Guillaume Dorison, co-organisateur de l'événement et commentateur à ses heures) prend la parole pour un dernier rappel des règles et les pools démarrent !

Retrouvez la VOD de l'Open Qualifier sur Twitch (Début de la diffusion à 00:07:30, premier match à 00:20:50)

Très vite, l'impressionnante machine se met en marche et chaque pool a ses arbitres, ses tablettes prêtes à mettre à jour les tableaux en ligne, des sticks à disposition pour les joueurs venus sans matériel et tout se déroule dans une fluidité étonnante.

Côté setup de stream, un arbitre dédié, qui s'occupe des branchements des périphériques pour éviter au maximum les "Non, mais faudrait que tu sois joueur 1 là" et autres "ça marche pas !". Arbitre qui s'occupe également du débranchement (merci Capcom et Sony pour ce jeu idéal pour la compétition) et de rappeler les règles au besoin. (Non, toi, là bas, on a dit un coach par joueur, pas 5, retourne t'asseoir !)

Du côté des matchs, déjà quelques surprises, puisque LordDVD remporte son premier match avec son F.A.N.G. avant de s'incliner face à Kayane sur le stream (01:05:20 sur la VOD) et les cris du public (et plus particulièrement Mr Quaraté) avant qu'elle ne s'incline elle-même en finale winner de la pool face à Melty|Will2Pac et ne connaisse le même sort côté loser.

Mr Quaraté, lui, tient bien le coup avec son Birdie avant de s'incliner face à TeamYP|Valmaster et finit quatrième de sa pool derrière Valmaster, Gagapa et AKO ; grosse performance de notre chauve préféré donc, malgré les mensonges de l'organisation qui avait promis de le faire passer sur le stream s'il passait deux tours en winner. (Il se rattrapera néanmoins tout au long de la journée en poussant des hurlements derrière les joueurs.)

Yamazaki93, de son côté, se fait malheureusement éliminer en finale de pool loser par CharmingRogue, le Néerlandais, après avoir perdu contre Mordesai côté winner (01:45:35 sur la VOD).

Emploi du temps oblige, certains matchs comme Mr Quaraté VS TeamYP|Valmaster ou Melty|Will2Pac VS Kayane se déroulent malheureusement loin des caméras.

Mr Quaraté
GE2 sur le stream
Début des pools Valmaster
Quaraté VS Valmaster
Will2Pac VS Kayane
Steikachay & Cookies

La fin de la première moitié des pools arrive. L'occasion pour chacun de souffler un peu, manger des cookies ou fumer une clope, tandis que les joueurs de la seconde moitié profitent de la désertion des postes de jeu pour retourner à l'entraînement, dans le but d'être fin prêt lorsque leur tour sera venu.

Côté salle, on voit passer quelques joueurs invités le lendemain et Yoshinori Ono (le papa, entre autres, de Street Fighter V) est régulièrement aperçu, tantôt discutant, tantôt prenant une selfie, toujours avec le sourire.

Côté organisation, on recueille des paroles des joueurs qui se prêtent à l'exercice entre deux matchs.

Interview RMZ
Deuxième phase de pool
Freeplay Pool P

Allez, 13h30, on repart pour un tour (02:43:00 sur la vod) et dans moins de deux heures, ils ne seront déjà plus que 32 sur 256.

Le représentant jolien (qui tient à conserver son anonymat) n'aura malheureusement pas l'occasion de s'exprimer sur le stream, malgré une très belle victoire après un match très serré. Dans une interview il dira ensuite "C'est la faute à la PS4, ça lagge !" et certains analystes (moi) auront noté un certains nombre de combos foirés, alors qu'il aurait pu passer, ce sac.

Dans la Pool I, l'américain Gootecks, qui a fait le déplacement avec sa Rainbow Mika, est envoyé en loser par Starnab (03:31:00 sur la VOD), qui bat ensuite le courageux Myakyo, qui avait promis de n'utiliser qu'Alex du tournoi et a assumé jusqu'au bout. En finale loser de la pool, Gootecks s'incline finalement face au Alex du Français (04:23:00 sur la VOD).

Les visiteurs d'outre-manche n'ont malheureusement pas plus de chance que l'Américain. Damascus, après avoir battu Linkexelo côté winner, le retrouve en finale loser et son Rashid ne trouve pas les ressources pour une deuxième victoire. En pool P, c'est RMZ qui échoue par deux reprises face au Ken de JuniorLéo (finale loser à 04:44:44 sur la VOD) et finit également troisième de sa pool.

À mesure que les matchs avancent, les sièges sont déplacés pour les joueurs devenus spectateurs après leur élimination et tout ce petit monde s'installe en face de l'estrade pour profiter au mieux du spectacle.

RMZ
Xianpai
Damascus VS Linkexelo
Fin des pools.

Une nouvelle pause s'impose avant d'attaquer le top32, tranquillement posés ; l'occasion de retrouver les joueurs de l'équipe Razer en pleine interview, de boire mon 12è Red Bull de l'heure et de faire mon cinquième arrêt cardiaque de la journée.

Xianpai & Infisenpai

Notice me senpai...

 

Après avoir pris une dernière bouffée... d'air frais, retour dans la salle, le cul vissé sur une chaise désormais (mes pieds me remercient) pour profiter du même spectacle que le stream avec le Top32 tandis que les derniers matchs offstream se jouent. (à partir de 05:30:40 sur la VOD)

Myakyo sera un des premiers joueurs de ce top32 à se faire éliminer, son Alex n'ayant malheureusement pas suffi face au Néerlandais CharmingRogue.

Myakyo VS Charmingrogue
Lord GE2
Whiteblack Top32

 

Et le reste du top16 ? Direction la VOD !

Petit bémol tout de même néanmoins, puisqu'aucun micro d'ambiance n'était pointé sur la salle, donnant une impression de gros calme dans celle-ci même lors du désormais mythique Akainu VS Will2Pac dans ambiance enflamée.

Cet Open Qualifier a-t-il tenu toutes ses promesses ? En terme d'organisation et d'ambiance sur place, c'est un gros oui, malgré un niveau très inégal et un Big Bird qui a survolé la compétition, secondé d'un Valmaster qui n'a pas trop peiné à le rejoindre en grande finale.

Vous jouez au jeu ? Préparez vos sticks pour l'année prochaine, ça se rate pas deux fois un événement pareil.

MVP de l'Open Qualifier : Akainu et le Toupse, toujours présents pour mettre le feu.

Mais allez, il est temps d'aller pioncer un peu pour être en forme le lendemain.

 

Du Gwak, des larmes et du skill : Le Main Event

Allez, on se lève ! Il est temps de profiter du grand sol... euh... de la grisaille et de la pluie parisienne.

Préparation au Main Event

La casquette de circonstance, avec l'écharpe obligatoire parce qu'on se les gèle un peu, là, quand même. 

Allez, on arrive devant la salle Wagram un peu plus mouillé qu'on était parti et malgré l'avance sur l'horaire, il y a déjà du monde qui attend l'événement dans la rue du même nom.

File d'attente
Salle Wagram
Estrade Commentateurs
La Salle
La file d'attente
Ouverture des portes

Tandis que la plèbe se les gèle, je découvre l'arène et, il faut avouer, ça a de la gueule si on aime la lumière rouge (l'appareil photo de mon smartphone n'aimait pas, ce qui explique le peu de photos du deuxième jour :D).

 

Pas là le jour J ? Préparez vous à entrer au Red Bull Kumite.

Yoshinori Ono
Yoshinori Ono
Arrivée du public dans la salle
Arrivée du public dans la salle
Salle et grue
La Cage

Yoshinori Ono qui profite de la vue tandis que la salle commence à se remplir.

Allez, ça va commencer, on s'installe, on sort de quoi noter et on fait chauffer la hype.

Revivez dès maintenant le Main Event du Red Bull Kumite sur la VOD Twitch (Début du stream à 00:18:30)

Après l'entrée en scène des 16 participants (les 14 invités auxquels s'ajoutent FA|Big Bird et TeamYP|Valmaster) et le tirage au sort pour déterminer le tableau (parce qu'effectivement, tous les joueurs ignoraient qui serait leur premier adversaire jusqu'au dernier moment), suivi de quelques mots par les participants et c'est parti pour un tournoi de foliiiiiiiiiiiiiie ! (Si vous voulez zapper le blabla, début du premier match à 00:39:20 sur la VOD)

Après un démarrage pareil, rien ne pouvait retenir la Hype !

Au commentaire, Ken Bogard est chaud comme la braise tandis qu'Asenka l'épaule entre les matchs, présente les joueurs et donne de la voix jusqu'à ce qu'elle soit définitivement cassée !

Après chacun des affrontements, une petite phase d'interview, avec le grand Greg à la traduction pour le japonais quand c'est nécessaire et Rayoux avec le plus bel anglais de la création. Hum. Hein. Bon. Euh. On peut pas avoir un deuxième Greg pour l'anglais ?

Plutôt que de revenir sur chacun des matchs (vraiment, regardez donc le tournoi et profitez-en à fond), un petit tour sur les performances de chacun des 16 joueurs, en partant du dernier jusqu'au champion.

13 - TeamYP|Valmaster

L'historique joueur de Chun-Li a décidé de se focaliser sur Necalli dans cette nouvelle itération de Street Fighter.

Un choix... discutable, puisqu'après s'être fait atomiser par le Ken de Big Bird lors de l'Open Qualifier, il réitère l'opération contre celui de Momochi lors de son premier tour, avant d'être définitivement éliminé par le F.A.N.G. de Xian. "Je connaissais pas le matchup" et "c'est la faute à LordDVD", évidemment... mais pas que.

Et effectivement, dès le lendemain, le joueur est retourné à ses premières amours avec Chun-Li et il a montré depuis lors de la Kakutop France que ce choix semble être judicieux.

Une contre-performance qui a eu son utilité donc, puisqu'elle a provoqué le retour au personnage de coeur !

...et surtout, qui peut lui permettre de gagner.

13 - RedBull|SnakeEyez

Zangief ? Pas Zangief ?

Une période difficile pour l'Américain, qui après avoir dominé son continent lors de l'ère USFIV doit revoir sa copie. Street Fighter V ne facilite pas vraiment la vie des choppeurs, particulièrement Zangief, qui est à la peine contre beaucoup trop de personnages. Après une défaite contre le Ryu de BonChan, il tente le tout pour le tout en choisissant Alex contre Alioune... mais le personnage ne s'en tirant pas beaucoup mieux dans le jeu, il subit une nouvelle défaite sèche.

Le joueur devra trouver une autre solution pour s'en tirer dans Street Fighter V, sans ça les défaites risquent de s'enchaîner, comme ce week-end, où il a une nouvelle fois échoué à atteindre le Top8 du NorthWest Majors.

13 - TeamSecret|Poongko

Formidable joueur de Street Fighter IV, il a su pendant des années retourner la tête de ses adversaires avec des mix-ups variés, imprévisibles, dans un mélange d'exécution, de folie et de lecture de jeu : son Seth était redouté de tous et il pouvait mettre un double perfect à n'importe quel joueur au monde, tout comme en encaisser un.

Sur Street Fighter V ? Pas vraiment. Sa Cammy n'est certes pas ridicule, mais sa défaite contre GamerBee puis son élimination par Keoma font une nouvelle fois penser à beaucoup de monde que le personnage n'est pas pour lui. Espérons qu'il puisse trouver le personnage qui lui permettra d'allier folie et lecture de jeu.

13 - RedBull|Luffy

Après avoir tenté de jouer Nash au lancement du jeu, le plus célèbre backdasheur du monde a finalement jeté son dévolu sur Rainbow Mika.

Visiblement, le personnage lui réussit plus et il a ces dernières semaines montré un niveau de jeu en constante évolution, mais encore largement perfectible.

Il perd de justesse contre Justin Wong avant de tomber sur un gros os en la personne de Daigo en loser, mais sa contre performance au Red Bull Kumite n'est, on l'espère, que la première étape vers une série de victoires (mais si, on y croit mon gars !). À lui désormais d'apprivoiser le personnage et de mieux doser les prises de risque. 

Ces quatre premiers joueurs éliminés, une petite pause au Kumite, direction le Combo Contest ! (03:30:30 dans la VOD)

Au programme, 4 joueurs doivent réaliser les combos les plus impressionnants possibles, avec un reset possible au milieu du combo, et les combos sont ensuite notés par un jury composé de Xian, Infiltration, Justin Wong et BonChan (avec en assist pour la finale Yoshinori Ono).

(Sur place, c'est surtout l'occasion de souffler un peu et de discuter avec les spectateurs présents pour prendre la température.) (Approximativement 72°C d'après mes estimations. Et 140 décibels, RIP à tous les tympans présents ce jour là.)

Allez, retour à la bagarre pour le Top12 ! (04:05:00 sur la VOD)

09 - Razer|Xian

Encore un spécimen de "Mais pourquoi il joue ce personnage ?". Décidé à jouer F.A.N.G. depuis le lancement du jeu, dans la lignée des "personnages peu joués et chinois", l'ancien champion de l'Evo avec son Gen cherche la difficulté. Unanimement reconnu comme plus faible personnage du jeu, il a en effet peu de chances de s'en tirer face aux autres personnages sans jouer sur la méconnaissance des joueurs adverses.

Et bien que cela ait marché sur Valmaster, autant dire qu'à long terme, ses chances de victoire sont incroyablement basses, puisque malgré la méconnaissance du matchup, Kazunoko sur le fil du rasoir puis Big Bird en sont venus à bout.

Please Xianpai, pick a real character. 

09 - Keoma

Après avoir fait sensation lors de la dernière Capcom Cup, Keoma s'est dirigé vers Karin sur SFV. Difficile de juger son évolution jusque-là, puisque de son propre aveu, il ne sent pas encore prêt. Il s'impose néanmoins contre Poongko, mais ne peut rien face au rouleau compresseur Infiltration et échoue une seconde fois contre Justin Wong. Souhaitons lui de rapidement trouver ses marques sur le jeu pour nous enthousiasmer autant qu'il avait su le faire sur USFIV.

09 - MadCatz|Umehara Daigo

The Beast. Un surnom qu'il mérite amplement quand on jette un oeil à son interminable palmarès. Le Kumite était la première apparition compétitive de Daigo sur Street Fighter V. Apparition réussie ?

Si on lui demande : non, évidemment. Après un incroyable premier tour contre Tokido qu'il perdra néanmoins, il élimine un Luffy hésitant avant de se faire éliminer par GamerBee, partant presqu'immédiatement du Kumite pour prendre son avion sans attendre la fin du tournoi.

Si on me demande ? Daigo a montré pour sa première sortie un niveau loin d'être ridicule (bah, c'est Daigo quand même, hein), vivement qu'on soit dans quelques mois, afin qu'il maîtrise le jeu, histoire de le voir dominer à nouveau la Topanga et devenir invincible sur de longs sets.

09 - Alioune

Enfin sorti de chez lui, le roi du laboratoire a montré qu'il n'était pas là pour déconn... hum.

La peur de gagner, un mal bien français.

Après avoir perdu contre le Ken de Big Bird, direction les losers où une victime de choix se présentait en la personne de SnakeEyez, qui, qu'il s'agisse de Zangief ou d'Alex, n'avait quasiment aucune chance de s'en sortir contre Chun-Li. Il se retrouve à nouveau contre un Ken, celui de Momochi cette fois, mais ne trouve à nouveau pas les solutions pour s'imposer.

On espère le revoir rapidement en tournoi pour voir un peu plus de sa Chun-Li, qui a de toute évidence les moyens d'aller loin. Probablement. Mais pas là.

07 - Evil Geniuses|Justin Wong

On attaque le Top 8 de la compétition et effectivement le niveau commence à se relever. Sans totalement dominer, Justin Wong a su montrer pendant ses premiers tournois qu'il avait une Karin solide et il l'a une nouvelle fois confirmé.

Perdant d'abord face à l'impressionnant Ryu de Tokido, il arrive ensuite à battre Keoma dans un match miroir avant de tomber face au Ken de Momochi.

D'une régularité exemplaire, il s'impose une semaine plus tard au NorthWest Majors (Ranking CPT).

07 - AverMedia|Gamerbee

Dauphin de l'Evo 2015, le meilleur joueur d'Adon a jeté son dévolu sur Necalli dans Street Fighter V et le moins qu'on puisse dire c'est que ça lui réussit !

Perdant malheureux contre Infiltration, contre qui il a raté à plusieurs reprises des combos décisifs... et face à Infiltration, ça ne pardonne pas. Après avoir éliminé Daigo, il quitte le tournoi face à un Big Bird impérial. Nul doute qu'il fera à nouveau parler de lui dans ses prochaines apparitions, avec son excellente lecture du jeu.

05 - Evil Geniuses|Momochi 

Après avoir fait un détour par Chun-Li, le champion en titre de l'Evo et vainqueur de la Capcom Cup 2014 est finalement revenu sur Ken. Choix judicieux puisqu'autant sa Chun-Li n'était pas très convaincante, autant son Ken a su dérouiller Valmaster, Alioune et Justin Wong. Il s'incline néanmoins face à la Cammy de Kazunoko et au Ryu de BonChan. Résultat en demi-teinte, puisqu'on sent qu'il reste un niveau en dessous des meilleurs joueurs du jeu ; il devra continuer à travailler ou trouver un nouveau personnage pour espérer remporter des tournois majeurs.

05 - Falcon Arena|Big Bird

Débarqué des Émirats Arabes Unis pour l'Open Qualifier, le jeune joueur domine toute compétition le samedi. Mais malgré son résultat, il s'attend à se faire atomiser lors du tournoi du dimanche... Probablement parce qu'il n'a pas eu l'occasion de se frotter au gratin mondial jusque-là, l'ancien joueur de Guy se pense un niveau en dessous.

Résultat ? Sans aucun doute chouchou du public lors du Main Event, il s'impose face à Alioune, Xian et au très impressionnant GamerBee pour au final décrocher la cinquième place, dépassé uniquement par 3 Japonais et par Infiltration. Ses défaites face à BonChan puis Kazunoko n'ont pas à le faire rougir. Big up à un joueur au potentiel immense, puisqu'à 19 ans il nous a déjà montré du très gros niveau.

LE TOUUUUUUUUUUUPSE

Oui, un intermède nous parvient à nouveau pour permettre à tous de souffler entre deux matchs intenses de bout en bout. Cette fois-ci, un classique Team Battle opposant l'équipe "morenpoul du RBK" à l'équipe "morenpoul de l'Open Qualifier". (06:05:30 sur la VOD)

Un duel d'une intensité rare qui permet à tous les gens sur place d'aller s'en griller une. (À mon plus grand désarroi, puisqu'il suffit que je m'absente pour que RMZ et Le Toupse gagnent.)

Mais profitons de cette pause pour nous rapprocher de la cage pour encore plus de hype, puisqu'on attaque le Top4 et on passe en FT3 au passage ! (06:26:00 sur la VOD)

04 - Red Bull|BonChan

Le champion en titre ne signe pas un doublé. Mais il a su nous montrer un Ryu tout à fait honorable tout au long du tournoi. Ryu un peu par défaut, mais pas un mauvais choix pour le joueur.

Il a réussi à effrayer Infiltration lors de leur rencontre, sans arriver à concrétiser. Il s'incline face à la Cammy de Kazunoko après un match à sens unique, mais après avoir battu Momochi, Big Bird et Snake Eyez. Il a un peu compensé le parcours de ses coéquipiers de chez RedBull. À voir lors de ses prochaines apparitions en tournoi s'il tient la comparaison face à ses compatriotes.

03 - Kazunoko

Les pressings de l'infini, il connaît ça, le Japonais, champion "ultime" de Street Fighter IV, puisqu'il avait dominé le dernier tournoi majeur d'Ultra Street Fighter IV lors de la Capcom Cup 2015 avec son Yun.

En l'absence de Yun, Cammy joue le rôle de "perso à divekick avec un dragon". Toujours aussi agressif, il ne laisse pas une chance à ses adversaires dès qu'il en a la possibilité, mais souffre néanmoins des mixups limités de Cammy et on n'arrive pas à ressentir la même pression qu'il arrivait à imposer avec Yun. Il s'incline en winner face à Tokido avant de chuter en loser face à... Tokido.

Le joueur de Guilty Gear reste très dangereux et ses dragons imprévisibles peuvent retourner toute situation.

02 - Tokido

"Murder face" Tokido, l'ancien joueur de l'équipe MadCatz a échoué en grande finale contre Infiltration à deux reprises, lors des deux seuls tournois "Premier" du Capcom Pro Tour sur Street Fighter V à ce jour...

...il échoue une nouvelle fois face à Infiltration en finale winner et après avoir battu Kazunoko en finale loser, il réussit pour la première fois de l'année à battre Infiltration en tournoi, qui était jusque là invaincu en compétition sur le jeu. Un reset qui ne suffit pas puisqu'il est ensuite défait par le Nash du coréen de façon nette.

Un Ryu très agressif pour le Japonais qui lui réussit donc bien, puisqu'aucun joueur n'en vient à bout... à part Infiltration. Sa progression pourrait tout de même lui permettre d'enfin se débarrasser du joueur de la team Razer prochainement.

01 - Razer|Infiltration

IMPÉRIAL, c'est le seul mot qui vient à l'esprit quand on voit Infiltration jouer. Jouant un personnage pourtant pas si fort - il est le seul Nash qu'on peut voir à haut niveau en tournoi - il est indomptable depuis le début de l'année. Il subit malgré tout sa première défaite en tournoi sur Street Fighter V face à Tokido... mais gagne deux autres matchs contre le Japonais, lui permettant de s'imposer pour la troisième fois consécutive en grande finale de tournoi.

Va-t-il pouvoir maintenir une telle série de victoires tout au long de l'année ?

Sa gestion des distances, des v-reversal, ses footsies et les boutons choisis sont proches de la perfection et il faudra un excellent joueur dans un très bon jour pour arriver à le battre deux fois dans un même tournoi. Peut-être que pour Tokido, la quatrième fois sera la bonne ?

L'ouverture de la boiboite.
Le trio de commentateurs français
Infiltration et son trophée

Infiltration et son trophée

Le "nouveau" champion du Red Bull Kumite


Après toute une journée de combats, Yoshinori Ono passe sur scène faire un petit coucou, et évidemment...

Shoryuuuuuuuukeeeeeeen

Shoryuuuuuuuuken, mais s'il te plaît fais quelque chose pour le mode survie pour débloquer des couleurs Ono-chin Capcom please

 

Au final, ce Red Bull Kumite, c'était...

- Hype ?

- Avec le meilleur des opening d'animes de ces 30 dernières années ? (Mention spéciale Ghost in the Shell et Cowboy Bebop #KeurKeur)

- Une organisation au poil ?

- Un stream de qualité ?

- Des joueurs de la hype ?

- Super hype ?

- Vous avez pas entendu la question parce que le son dans la salle était à fond et vous n'avez toujours pas retrouvé l'ouïe une semaine après ?

- Vous pouvez pas répondre parce que vous avez toujours pas récupéré votre voix à force de gueuler ?

- Une occasion de croiser la fine fleur de la FGC ?

- Des pommes jaunes ?

- La déception de ne pas avoir le Fight King pour cette seconde édition ?

- Vachement trop court ?

- C'est quand la prochaine ?

- Whens Mahvel ?

 

Pour vous, c'était quoi ce RBK ? LACHER VO COMMS

Tout le monde le fait, alors moi aussi !

On a commencé avec une selfie floue, on va finir avec une selfie floue, mais avec Ono !


  • En chargement...

Que pensez-vous de Red Bull Kumite ?

3 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Assez bien